Bombay et Greth restent à la maison

LT_LeisterStories_ESAF_SE_082019_01.jpg
Engagement social27 août 2019

Le Festival suisse de lutte et d'alpinisme (ESAF) à Zoug a été un événement magnifique.

Auteur : Silke Landtwing, directrice de la communication d'entreprise, Leister Suisse

Joel Wicki a manqué de peu le titre de Schwingen King, terminant finalement deuxième et remportant la vache Greth, qui est devenue célèbre pour sa tentative d'évasion. Marcel Mathis a terminé troisième à l'ESAF, en remportant le Bombay, la vache Leister, appelée ainsi parce que le Groupe parraine la vache du lutteur classé troisième.

Pas d'inquiétude à avoir, la belle Bombay pourra rester sur le Küchlerhof, tout près du siège de Leister à Kägiswil, car Marcel Mathis a choisi de prendre le prix de 20 000 francs suisses en espèces au lieu de l'alternative à quatre pattes.

Christian Stucki a fait exactement le même choix. Plutôt que le veau taureau Kolin - qui n'aurait fait que piétiner sa pelouse, a répondu Stucki lorsqu'on lui a posé la question - Christian a choisi le prix en espèces de 30 000 francs suisses. Joel Wicki aussi a préféré ses 24 000 francs durement gagnés à ceux de Greth la vache.
Mais une chose à la fois. L'équipe locale de Zoug a commencé hier le démantèlement de l'arène qu'elle a mis dix semaines à monter et qui possède la plus grande tribune mobile du monde. Pendant qu'ils sont occupés à cette tâche, nous pouvons passer en revue les événements du dernier week-end de la FASR. Ce billet de blog est un rapport sur l'atmosphère fantastique qui règne à l'ESAF, la qualité de l'organisation et le déroulement de l'événement pour l'équipe Leister. Silke Landtwing a fait ses débuts en lutte suisse pour Leister à l'ESAF. Elle partage ici avec vous certaines de ses pensées et impressions.

Leister à l'ESAF 2019 à Zoug - une rétrospective

Il est 6h30 le samedi matin. En fait, il est beaucoup trop tôt pour être sur pied, mais lorsque la lutte est à l'ordre du jour, cela n'a pas d'importance. Se lever tôt en fait partie, car les lutteurs font leur jogging dans l'arène de Zoug à 7h30 du matin. C'est quelque chose qu'aucun fan de lutte ne veut manquer. Et nous non plus. Qui sommes "nous" ? Nous sommes les dirigeants, les cadres et une dizaine d'autres employés du groupe Leister, et nous ne manquons presque jamais un festival de lutte, surtout pas le Festival suisse de lutte et des Alpes de Zoug (ESAF 2019). Notre objectif est de soutenir nos lutteurs de l'ISV (Association de lutte de Suisse centrale) non seulement financièrement, mais aussi en personne en tant que fans.

Une fois le brouillard dissipé, le soleil s'est couché avec éclat sur les lutteurs et leurs fans. Nous n'aurions pas pu souhaiter un meilleur temps pour la FASR 2019 à Zoug. Cela a certainement compensé le fait qu'il a plu des seaux pendant que les lutteurs de l'ISV s'habillaient.

Qu'est-ce que "Schwingen" ?

Vous n'avez aucune idée de ce qu'est "Schwingen" ? Voici quelques liens utiles pour vous aider à en savoir plus sur le sport national suisse avant de poursuivre votre lecture ou peut-être après si vous le souhaitez.

Les gens de Leister "chömet drus".

"Chömet drus" est un dicton suisse allemand qui signifie quelque chose comme "connaître ses affaires". Sur la tribune B de l'ISV, dans le bloc B4, aux rangées 31 et 32, l'équipe de Leister déborde de savoir-faire en matière de lutte : Regula von Rotz, Ruth Gabriel, Urs Zimmermann, Reto Britschgi, Roland Beeler, Hanspeter Jung, Max Bucher, Stephan Vogler, Urs Schmid, Heinz Röthlin et, nichée entre eux, Silke Landtwing est la seule novice en matière de lutte.

Regula et Ruth connaissent tous les lutteurs de l'ISV par leur nom. C'est presque étonnant. Heureusement, il est facile de partager leurs connaissances avec eux, car ils sont assis juste derrière Silke. Un grand merci à Regula et Ruth - sans vous, je serais perdu - et à Bruno von Wyl, qui a probablement planifié les choses de cette façon lors de la distribution des billets.

Ruth Gabriel, la sympathique réceptionniste du siège de Leister à Kägiswil, suit le calendrier des combats de lutte, de sorte qu'elle sait toujours qui combat qui, et dans lequel des sept anneaux de sciure. "Vous savez, à la réception, nous devons fournir des informations sur tout, toute la journée", dit-elle en riant.

Des fans de lutte rapaces

La ferveur des fans de lutte dans l'arène est presque impossible à décrire avec des mots. Il vaut donc mieux laisser les images parler. Dans la vidéo suivante, vous pouvez voir l'une des nombreuses vagues mexicaines que les fans ont créées en encourageant les lutteurs.

Pas d'ESAF sans musiciens suisses

"Qui l'a inventé ? Les Suisses...", c'est ainsi qu'Ueli Maurer résume son discours. Et il est presque impossible de ne pas l'entendre.

La musique folklorique suisse est omniprésente, que ce soit celle du groupe ou - mieux encore - celle des "Büetzer Buebe" Gölä & Trauffer. Plus de 1 000 personnes assistent à l'impressionnante cérémonie d'ouverture, qui fait pleurer plus de quelques visiteurs, ou du moins leur fait dresser les cheveux sur la tête.

Joel Wicki - Le grand espoir des fans de l'ISV

Joel Wicki, 22 ans, de l'ISV, était l'un des favoris pour remporter le titre de Schwingen King. Le samedi, il se met vraiment en route - dans chacun de ses quatre combats, il met chaque adversaire sur le dos dès la première minute sur le ring de sciage. En conséquence, il termine le premier jour en tête du classement.

Source : www.esafzug.ch

Nous savons maintenant qu'il n'a pas suffi de remporter le titre cette fois-ci. Peut-être pourra-t-il aller plus loin la prochaine fois.

11 heures du matin. Le soleil brille. L'atmosphère se réchauffe.

À 11 heures, le soleil a dissous presque tout le brouillard et l'atmosphère de la tribune de l'ISV est de plus en plus exubérante et joyeuse. Les bouchons des bouteilles de vin blanc sont tirés, tandis que des plateaux en bois remplis de fromage, de salami, de jambon et de pain sont distribués. Les fans de lutte savent évidemment ce qui a bon goût et ce qui appartient à un bon vieux festival de lutte. Si la recrue Silke n'avait pas encore compris pourquoi on parle toujours d'une "famille de lutteurs", elle le sait maintenant. Ici, tout le monde partage tout comme on le ferait dans une famille.

Et tout cela est très amical, comme on peut s'y attendre dans une bonne famille. Le président de la Confédération suisse, Ueli Maurer, se promène dans le festival sans souci et sans garde du corps. Lors de quel autre événement majeur cela serait-il possible ?

Les fans sont autorisés à emporter des bouteilles en verre et des couteaux dans l'arène (pour les boissons et les snacks). Ce serait impensable lors d'un match de football.

Les fans de lutte laissent également le camping aussi propre et rangé qu'ils l'ont trouvé. Quiconque a déjà fait le ménage après un concert en plein air sait combien c'est inhabituel. Et chaque fois que quelque chose est laissé derrière, un des nombreux "Chrampfer" qui travaillent dur est là pour s'assurer qu'il disparaît dans la bonne poubelle.

Ce qu'il faut prendre

Les fans de lutte auront besoin de quelques ingrédients pour profiter d'une FASR réussie. Il s'agit d'une liste non exhaustive :

  • Un réveil, pour pouvoir se lever suffisamment tôt et ne rien manquer.
  • Votre billet - très important !
  • Une paire de jumelles, afin de pouvoir observer les lutteurs à distance sur la tribune.
  • "Schwingerkafi" (café à l'eau-de-vie de prunes) pour "Z'morge" (petit déjeuner).
  • Articles de base pour la fête de Schwingen : planche en bois, couteaux, fromage, salami, jambon, lard, pain, vin blanc (surtout !), vin rouge, bière et tasses.
  • Le calendrier et les classements - après tout, tout le monde n'a pas une Ruth assise derrière lui.
  • Un petit coussin ou quelque chose d'aussi confortable - une journée assise sur la tribune peut être assez difficile !
  • Lunettes de soleil, crème solaire, chapeau de soleil et parka de pluie, car les parasols dans les tribunes sont un grand non-non, et vous n'avez pas toujours la chance d'avoir une place dans la tribune couverte.
  • Le guide du festival, qui vous permet de vous repérer dans l'immense parc.

ÉQUITÉ

L'ÉQUITÉ est l'un des aspects les plus importants du sport national suisse de "Schwingen" ; tant chez les lutteurs que chez leurs supporters. Lorsque Christian Stucki de Berne bat Joel Wicki de Suisse centrale, il est acclamé par les fans dans tous les stands - mais surtout par ceux de Berne, bien sûr - mais c'est normal.

Quelques chiffres pour résumer

L'ESAF 2019 entrera dans l'histoire comme le plus grand festival de lutte jamais organisé - et le super-évènement de l'année dans le calendrier sportif suisse. Pour vous donner une idée de son ampleur, voici quelques chiffres concernant la FASR :

  • 6 000 aides travaillant 120 000 heures au total
  • 276 lutteurs
  • 8 000 espaces de visionnage publics
  • 8 500 jours-homme travaillés par les forces armées et la défense civile
  • 70 ha / 172,97 ac de terrain de festival
  • 56 500 places pour les spectateurs dans l'arène
  • Plus de 100 000 visiteurs par jour, et un total de plus de 400 000 (une estimation - impossible de les compter tous)
  • 10 semaines pour mettre en place l'arène
  • 3 semaines pour démanteler l'arène

Nourriture et boissons

  • 14'000 l / 3698 gal. de vin
  • 230'000 l / 60'760 gal. de bière
  • 200'000 l / 52'834 gal. d'eau minérale
  • 100'000 l / 26'417 gal. de boissons non alcoolisées
  • 58 000 saucisses
  • 11 000 poulets

"Après la FASR, c'est avant la FASR"

Dans une interview à Radio Pilatus, Joel Wicki a déclaré "Après la FASR, c'est avant la FASR." Après tout, la prochaine FASR à Pratteln (canton de Bâle-Campagne) n'est pas très loin.

Nous sommes déjà impatients d'encourager nos lutteurs de l'ISV. Peut-être que la Suisse centrale parviendra à remporter le titre de roi Schwingen lors de la prochaine tentative.

Les gagnants de la couronne de l'ISV à l'ESAF 2019 à Zoug - en ligne, les garçons