Expédition Leister Go North 2022 au Nord du Groenland

LT_STORY_Greenland_2022_IM_16-9_54.jpg
Aperçu du groupe26 sept. 2022

En juillet 2021, des chercheurs du Danemark et de Suisse ont découvert ce qui était considéré comme l’île la plus septentrionale au monde pendant l’expédition Leister Around North Greenland. Au cours de l’expédition suivante Leister Go North en août 2022, une autre équipe de chercheurs a découvert que l’île était un iceberg bloqué.

Auteur : Silke Landtwing, directrice de la communication d’entreprise, Leister Suisse

Images et vidéo : © Christiane Leister

À l'été 2021, une équipe de recherche suisse-danoise part pour l'expédition Leister Around North Greenland, initiée et financée via la Fondation Leister, afin de mener des projets scientifiques et de visiter l'île d'Oodaaq, découverte en 1978 et non aperçue depuis 2008.

Au cours de leurs explorations, les chercheurs de l'équipe et Christiane Leister ne parviennent pas à trouver Oodaaq, mais ils tombent sur une île d'environ 30 mètres sur 60 mètres qui n'avait pas été cartographiée auparavant. Ils baptisent la nouvelle île du nom groenlandais « Qeqertaq Avannarleq », qui signifie « île la plus septentrionale ». Les nouvelles de la découverte de la nouvelle île la plus septentrionale de notre planète se sont ensuite rapidement répandues dans le monde entier.

La nouvelle île était située à environ 800 mètres au nord de l'îlot d'Oodaaq, qui était jusqu'alors considéré comme le bout de terre le plus proche du pôle Nord, devenant ainsi le point le plus septentrional de la frontière groenlandaise.

LT_STORY_Greenland_2022_IM_16-9_57.jpg

Christiane Leister en juillet 2021 sur l’île la plus septentrionale récemment découverte « Qeqertaq Avannarleq ». Au premier plan, un grand rocher sous lequel une boîte en aluminium contenant les données de l’expédition a été déposée. Christiane Leister a retrouvé cette boîte en aluminium en août 2022 et l’a déplacée sous un cairn nouvellement érigé.

« L’île la plus septentrionale du monde » est en fait un iceberg bloqué

Cependant, de nouvelles découvertes d'une équipe de recherche interdisciplinaire suisse-danoise de l'expédition suivante Leister Go North 2022 en août 2022 montrent que l'île supposée la plus septentrionale « Qeqertaq Avannarleq » est un iceberg bloqué avec du matériel de moraine. Oodaaq et d’autres petites îles, qui ont été découvertes après 1978 et qui n’ont pas pu être identifiées après quelques années, appelées « îles fantômes », étaient en fait des icebergs. Les icebergs se sont détachés des glaciers du continent groenlandais, recouverts de gravier et de roche, et se sont temporairement échoués au fond de l'océan Arctique, au nord du Groenland. Selon le scientifique danois Prof. René Forsberg (DTU Space, Technical University of Denmark), qui participait à l’expédition, il est très probable que ces icebergs disparaitront à l’avenir. Le moment exact où ils auront suffisamment fondu pour poursuivre leur route reste toutefois incertain, dit-il. Les scientifiques pensent que l'origine de ces icebergs se trouve dans les glaciers à l'ouest du cap Morris Jesup et qu'il pourrait y avoir d'autres « îles d'icebergs » échouées à découvrir à l'avenir au nord de la côte du Groenland.

Glacier au Cape Christian IV, à environ 50 kilomètres à l’Ouest du Cap Morris Jesup. Ce glacier et d’autres îles voisines peuvent être à l’origine des « îles iceberg » échouées.

Le mystère des « îles fantômes » dévoilé

Ainsi, le mystère vieux de plusieurs décennies concernant les « îles fantômes » signalées dans le passé a été résolu grâce à de nouvelles découvertes scientifiques. Pendant l’expédition Leister Go North 2022, les chercheurs ont fait une trentaine de forages à travers la glace dans l’océan Arctique au Nord du Cap Morris Jesup pour déterminer la profondeur de la mer à l’aide de mesures par échosondeur. De plus, ils ont mesuré l’épaisseur de la glace, qui était de deux à trois mètres. En outre, des mesures GPS et lidar détaillées ont été effectuées pour cartographier le fond marin. Selon René Forsberg, toutes les investigations ont confirmé que les îles découvertes lors des expéditions Leister 2021 et 2022 se situent dans une profondeur d’eau de 25 à 45 mètres. Elles ne sont pas reliées au fond marin et constituent donc des icebergs bloqués, appelés « îles iceberg ».

LT_STORY_Greenland_2022_IM_16-9_54.jpg

La photo montre René Forsberg, Martin Nissen (Agence danoise pour l’approvisionnement et l’efficacité des données) et Henrik Lassen (responsable logistique de l’expédition) forant la glace. René Forsberg mesure la profondeur de la mer à l’aide d’un échosondeur et Martin Nissen l’épaisseur de la banquise côtière à l’aide d’une sonde.

Nouvelle île découverte

LT_STORY_Greenland_2022_IM_16-9_47.jpg

Christiane Leister sur l’île, récemment découverte en août 2022. Au premier plan se trouve un cairn, avec en-dessus une boîte en aluminium avec les données de l’expédition. En arrière-plan, la banquise côtière et la Côte Nord du Groenland avec des montagnes et des glaciers.

Pendant des travaux sur la banquise côtière, l’expédition Leister Go North 2022 découvre une autre petite « île iceberg » à l’Est de Kaffeklubben. Elle a une étendue d'environ 50 mètres sur 40 et est entièrement recouverte de matériaux rocheux. Comme toutes les autres « îles fantômes », cette « île iceberg » disparaîtra également un jour de la scène. Les deux « îles Leister 2021 et 2022 » sont actuellement les seules qui ont été observées par les participants à l’expédition dans l’océan Arctique au Nord du Cap Morris Jesup. Il est impossible de prévoir si et quand elles disparaîtront ou si elles recevront la compagnie d'autres « îles icebergs ».

Les scientifiques sur les « îles Leister »

Pour obtenir d’autres informations scientifiques sur l’origine des « îles iceberg » échouées, les scientifiques ont visité les « îles Leister » découvertes en 2021 et 2022. Ils ont prélevé divers échantillons de sol pour l’examen des bactéries, des matériaux rocheux pour les déterminations géologiques et des échantillons d’eau pour les analyses isotopiques.

LT_STORY_Greenland_2022_IM_16-9_55.jpg

Christiane Leister avec les scientifiques Pr Anders Primé (Université de Copenhague), Dr Tobias Schneider (Columbia Climate School New York) et Dr Denis Schlatter (géologue suisse) sur l’île découverte en 2021, qu’ils ont baptisée « Qeqertaq Avannarleq ». Au premier plan, vous pouvez voir un géomarquage et deux boîtes en aluminium avec les dates d’expédition 2021 et 2022, qui ont ensuite été déposées sous un cairn nouvellement érigé.

LT_STORY_Greenland_2022_IM_16-9_52.jpg

Aders Primé en prélevant divers échantillons de sol pour déterminer les bactéries sur « Leister Island 2021 ». Les échantillons préparés seront ensuite examinés au laboratoire pour déterminer leur origine et leurs propriétés.

LT_STORY_Greenland_2022_IM_16-9_51.jpg

Denis Schlatter est heureux de voir de grands blocs sur « Leister Island 2021 », suffisamment de matériel pour les échantillons pour l’examen géologique ultérieur au laboratoire de l’Université de Karlsruhe.

LT_STORY_Greenland_2022_IM_16-9_23.jpg

Christiane Leister et Tobias Schneider sur la nouvelle découverte « Leister Island 2022 » prélevant des échantillons d’eau pour l’analyse des isotopes.

Kaffeklubben sur les nouvelles cartes du Groenland, l’île la plus septentrionale au monde

Vous y verrez une vue aérienne de l’île de Kaffeklubben. Au loin (en haut de l'image), entre la banquise côtière et la mer de glace, une ceinture d'eau libre est visible sous la forme d'une bande bleue.

Quand Oodaaq s'est avéré être un iceberg bloqué selon de nouvelles découvertes, l'île des Inuits Qeqertaat, également connue sous le nom d'île Kaffeklubben, est à nouveau considérée comme l'île la plus septentrionale du monde ainsi que comme la nouvelle frontière du Groenland.

Les icebergs bloqués, qui comprennent les « îles Leister » découvertes en 2021 et 2022, n’apparaîtront plus sur les futures cartes du Groenland. Les mystérieuses « îles iceberg » sont décrites par les chercheurs comme une nouvelle catégorie qui ne sera pas officiellement cartographiée. Cependant, pour des travaux scientifiques supplémentaires, les « îles iceberg » seront nommées d’après les auteurs de la découverte et documentées avec leurs données de position, la date de leur découverte et la dernière fois qu’elles ont été visibles.

Itinéraire d’expédition

L’expédition Leister Go North 2022 a commencé un peu tardivement le 3 août 2022. L'équipe de l'expédition s'est envolée de Longyearbyen, une petite ville minière sur l'île de Spitzberg, pour rejoindre la station Nord. Il s’agit d’une station groenlandaise exploitée à des fins militaires et scientifiques dans le parc national du Nord-Est du Groenland. Après une courte escale, l’expédition a continué jusqu’au Cap Morris Jesup, où deux tonnes et demie de cargaison contenant du matériel de camping, des vivres, du matériel et des instruments pour les scientifiques ainsi que du carburant pour l’hélicoptère attendaient l’arrivée des membres de l’expédition. Il fallait maintenant monter toutes les tentes, installer la cuisine, aller chercher de l'eau dans une rivière voisine et préparer les instruments scientifiques pour les premières investigations. Puis, enfin, le premier repas a été servi sous le soleil de minuit, fraîchement cuisiné dans la cuisine de campagne.

LT_STORY_Greenland_2022_IM_16-9_55.jpg

À l’arrivée au Cap Morris Jesup, les membres de l’expédition ont eu beaucoup de travail pour installer le camp de base.

À partir du camp de base, les destinations des scientifiques étaient organisées sous forme d'excursions d'une journée ou, pour des séjours plus longs, sous forme de camps itinérants. Le 13 août 2022, le camp de base a été de nouveau démonté. Les participants à l’expédition, divisés en deux groupes, ont volé avec des escales le long de la côte Nord et Nord-Ouest du Groenland jusqu’à Qaanaaq, la destination finale de l’expédition LeisterGoNorth2022.

Expédition avec défis

L'effort pour organiser une telle expédition est immense et demande beaucoup de temps de préparation. Et il est rare que tout se passe comme prévu : Comme le rapporte Christiane Leister, le départ de l'expédition Leister Go North 2022 a été retardé en raison d'exigences de formalités et de l'arrivée tardive de l'hélicoptère en raison de mauvaises conditions météorologiques. En outre, le responsable scientifique de l'expédition ayant abandonné ses fonctions en raison d'un examen médical peu avant le début de l'expédition, Christiane Leister a pris en charge la coordination des projets scientifiques au Groenland en tant que remplaçante. « Sur la base de mon expérience des expéditions précédentes au Groenland et de mes connaissances scientifiques en tant que membre du Conseil d’administration de l’ETH, j’ai réussi à coordonner les projets et les priorités de manière à ce que tous les scientifiques puissent effectuer leurs prélèvements et mesures comme ils le souhaitaient. »

Cette photo montre le camp de base de l’expédition Leister Go North 2022 sur Cape Morris Jesup. Ici, à l'extrémité continentale la plus septentrionale de notre planète, les membres de l'expédition ont passé onze jours en août 2022 à des températures allant jusqu'à zéro degré. En arrière-plan, la vue sur l’océan Arctique en direction du pôle Nord, qui n’est qu’à 705 kilomètres.

La communication entre les participants à l’expédition, le camp de base, les camps itinérants et les scientifiques lorsqu’ils se rendent sur les différents sites de travail était effectuée via le satellite Garmin inReach. Ces dispositifs ont également été utilisés pour planifier et documenter les itinéraires et les points de cheminement.

LT_STORY_Greenland_2022_IM_16-9_58.jpg

Les points de cheminement de Christiane Leister pendant l’expédition au Nord du Groenland. Les drapeaux dans l'océan Arctique marquent les atterrissages d'hélicoptères sur la banquise, sur les deux « îles Leister » et Kaffeklubben.

Glacier nommé d’après le glaciologue Suisse Pr Konrad Steffen

Les glaciers du Groenland ont été nommés en hommage à trois glaciologues décédés, Niels Ree, Anker Weidick et le professeur suisse Dr Konrad Steffen, ancien directeur de l’Institut fédéral suisse pour la recherche sur les forêts, la neige et les paysages WSL. C'était la première fois depuis longtemps que des cartes groenlandaises recevaient des noms de lieux qui n'avaient pas une origine groenlandaise. Les trois glaciologues décédés ont apporté des contributions extraordinaires à la société et à la science groenlandaises. Konrad Steffen est décédé dans un accident tragique lors de recherches sur le terrain sur la plaque de glace près d’Ilulissat en 2020. (Source WSL)

Christiane Leister voulait visiter le « Sermeq Konrad Steffen » pendant l’expédition en août 2022 avec René Forsberg et ériger un cairn au bord du glacier en mémoire de Konrad Steffen. En raison des conditions de vent difficiles, il n'a malheureusement pas été possible d'y atterrir.

LT_STORY_Greenland_2022_IM_16-9_46_ret.jpg

Sur la photo, vous pouvez voir le glacier « Sermeq Konrad Steffen » qui doit son nom à Konrad Steffen. La photo a été prise par Christiane Leister d’un hélicoptère, le 13 août 2022, dernier jour de l’expédition Leister Go North 2022.

Grâce à son travail au sein du Conseil d’administration de l’ETH et à son séjour au cours de son expédition au Groenland en 2018 au Camp suisse sur la calotte glaciaire du Groenland, Christiane Leister avait un lien personnel avec Konrad Steffen et avait une haute estime de lui.

LT_STORY_Greenland_2022_IM_16-9_54.jpg

La photo montre Konrad Steffen avec Christiane Leister devant le camp suisse. La photo a été prise le 8 mai 2018, lorsque Christiane Leister a rendu visite à la station de recherche avec son équipe d’expédition.

Fleurs, plantes et champignons au Nord du Groenland

Lorsque nous pensons au Groenland, la plupart d’entre nous associent probablement cette île principalement à la neige et à la glace. Pourtant, des mousses et des lichens, des fleurs colorées, des plantes robustes et divers champignons poussent au Groenland. Pendant l’expédition Leister Go North 2022, Christiane Leister a pris des photos de fleurs, plantes et champignons différents, que vous pouvez voir dans la série d’images suivante.

Animaux au Nord du Groenland

Le Groenland abrite divers animaux tels que les ours polaires, le bœuf musqué, le caribou, le renne, les renards arctiques, les lièvres des neiges, le tétras des neiges, le harfang des neiges, le lemming, l'eider, diverses espèces d'oiseaux et le rare loup arctique. En outre, on trouve également des insectes et des papillons au Groenland.

Pendant l’expédition Leister Go North 2022, bœufs musqués, renards polaires, ours polaires, harfang des neiges chassant, lemmings et plusieurs espèces d’oiseaux ont été observés. Sur le terrain humide, les participants à l’expédition ont également pu distinguer plusieurs traces de ces animaux.

LT_STORY_Greenland_2022_IM_16-9_41.jpg

Le lièvre des neiges porte toujours son manteau d’hiver blanc et voyage sur les éboulis sombres sans camouflage. Pour un meilleur camouflage, sa fourrure blanche devient gris-marron en été.

LT_STORY_Greenland_2022_IM_16-9_42.jpg

Sur la photo, vous pouvez voir un papillon Arctic Pearl. C’est l’espèce la plus courante au Groenland, avec quatre autres espèces de papillons. Il ressemble beaucoup au papillon perlé polaire, que l’on trouve uniquement au Nord de l’Arctique et au Nord-Est du Groenland.

Prochaine expédition et autre ouvrage en cours de planification

Il y a encore beaucoup à explorer au Groenland. C’est pourquoi la Fondation Leister organise déjà la prochaine expédition, Leister Go East 2023, qui aura lieu l’été 2023. Cette fois, des scientifiques du Groenland, du Danemark et de la Suisse se rendront avec un brise-glace dans des régions difficiles d’accès de l’Est du Groenland.

En outre, un autre ouvrage avec des rapports sur les expéditions Leister en 2022 et 2023 est prévu comme suite de l’ouvrage « Greenland Expedition 2018 ». En effet, nous avons à cœur avec les scientifiques de faire connaître les nouvelles découvertes et de les partager avec tout le monde. Nous publierons à nouveau cet ouvrage par l’intermédiaire de la Fondation Leister et le distribuerons gratuitement. Nous vous informerons sur notre blog lorsqu’il sera disponible.

Informations sur la Fondation Leister

À travers la Fondation Leister, nous nous engageons pour l'éducation et la science, ainsi que pour l'art et la culture. Christiane Leister est fascinée par le Groenland depuis de nombreuses années. « Il est important pour moi d'initier et de financer également des projets de recherche scientifique au Groenland par le biais de la Fondation Leister, afin de soutenir le travail précieux des scientifiques dans des endroits difficiles d'accès. »

Impressions de l’expédition Leister Go North 2022

Dans la galerie de photos, vous obtiendrez des impressions du paysage fascinant du nord du Groenland.

Commander gratuitement l’ouvrage Greenland Expedition 2018

Vous souhaitez commander gratuitement l’ouvrage sur l’Expédition 2018 au Groenland ? Veuillez remplir le formulaire de commande en ligne. Nous vous enverrons l’ouvrage gratuitement et sans aucune obligation.

Order Form